Le Grand Bal

Toutes les séances

France, 2018, 1h29
Un film de Lætitia Carton
Documentaire accessible dès 14 ans

C’est l’histoire d’un bal. D’un grand bal. Chaque été, plus de deux mille personnes affluent de toute l’Europe dans un coin de campagne française. Pendant 7 jours et 8 nuits, ils dansent encore et encore, perdent la notion du temps, bravent leurs fatigues et leurs corps. Ça tourne, ça rit, ça virevolte, ça pleure, ça chante. Et la vie pulse.

À l’orée du film une route déroule son ruban bleu dans le petit matin. Destination : Gennetines dans l’Allier. On y danse sept jours de rang, de 10 heures à 6 heures du matin, avec une succession bien menée : ateliers, bals, puis bœuf. Fan de bals, Laetitia Carton a voulu y planter sa caméra, pendant les sept jours de l’été 2016. Elle le fait avec une infinie délicatesse, attentive à cerner ce vertige de la danse. Un besoin essentiel qu’elle dégage et dont elle étudie les mille temps. Son film va comme un tourbillon et laisse entendre le battement des cœurs. La caméra vire et volte, comme les sentiments des danseurs que la réalisatrice passe à la question. Que procure le plaisir de la danse ? La caméra suit ces élans, ces tours, ces détours, ces retours, allant et venant entre la piste où l’on s’enlace en couple et où l’on s’élance en farandoles, et les visages au regard grave et brillant, encadrés de cheveux défaits qui racontent leur expérience du tourbillon. Rien n’est plastiquement beau dans ces images saisies au vol, et heureusement. Le Grand Bal emporte, c’est un pur mouvement. Et sa sarabande est irrésistible.

Séances